RPG Fairy Tail Destiny
Si toi aussi tu aimes Fairy Tail, rejoins nous. L'aventure te tend les bras et n'attend plus que toi, jeune mage ! Incarne un personnage inventé ou bien un mage déjà existant et entre dans le monde de la magie !
Info : Les personnages inventés sont autorisés mais soumis à de fortes restrictions, il faut jouer ceux du manga en priorité. Lorsque tous les personnages (ou la grande partie) sera prise, ils seront à nouveau acceptés.



 

Partagez|

Les mots sont la clé. [avec Hydûn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Mage de Fairy Tail {B}


77 messages.
Inscrit le 26/07/2013.

Feuille de personnage
Expérience:
35/1500  (35/1500)
Guilde: Fairy Tail
Magie: Solid Script


MessageSujet: Les mots sont la clé. [avec Hydûn] Sam 30 Nov - 1:40

L'automne était déjà bien présent à Magnoria, les feuilles des arbres étaient colorées, affichant un magnifique spectacle. Le dortoir de la guilde en était entouré et ce fut une joie pour la jeune mage que de voir ce sublime paysage au saut du lit. Elle resta un instant à admirer la vue puis se dirigea dans la salle de bain afin de se préparer. La demoiselle avait appris le retour d'un certain Dragon Slayer, tout juste rentré de mission. Elle espérait le voir à la guilde, cela faisait tellement longtemps !

Une fois habillée elle se regarda dans le miroir de pied près de la porte, entouré de nombreux ouvrages. Il faudrait peut-être qu'elle songe à se séparer de quelques livres... Impossible. Levy allait demander une pièce pour entasser tous ses bouquins le temps qu'elle trouve un appartement pas trop cher et assez grand pour l'accueillir elle et ses littératures.

Revenant à sa tenue, elle rajusta sa petite robe rouge et brossa ses cheveux bleus indisciplinés. La jeune fille y passa un bandeau assortit à sa tenue et regarda son reflet un instant. Ça irait. Elle prit son petit sac, y glissa ses affaires, enfila ses ballerines et quitta la chambre.

Elle croisa quelques camarades qu'elle salua d'un sourire et se dirigea en sautillant vers la taverne de la guilde. Il faisait encore chaud pour cette époque ce qui permit à la jeune fille de sortir dans sa jolie tenue. Malgré tout elle avait quand même emportée un petit gilet dans sa besace.

Passant les portes elle laissa traîner un regard alentour. Il était là. Les joues de Levy rosirent un peu et elle baissa les yeux. D'un pas rapide elle alla s'asseoir à une table où Jett et Droy discutaient de qui gagnerait dans un duel Natsu contre Jellal. La jeune fille les salua puis le regarda discrètement. Il mâchait un bout d'acier, assis à sa table habituelle, à l'écart de tous. Soudain elle sentit qu'on lui secouait le bras.

-Hey ! Levy, tu es d'accord avec moi, n'est ce pas ? Demanda Jett.

-Euh, oui oui bien sûr.

Les deux garçons se mirent à rigoler. Levy leur lança un regard interrogateur.

-Tu viens de confirmer que les fringues de Natsu iraient très bien à Gajil, rigola Droy.

-QUOI ? Non mais non, désolée, les gars je n'écoutais pas, vous disiez ?

Les trois amis rigolèrent un moment et discutèrent de tout et de rien. Mais soudain, la porte s'ouvrit sur un inconnu emmitouflé dans une sorte de cape.

Le nouvel arrivant traversa la guilde sous le regard de chaque personne présente. Il alla directement voir le maître devant lequel il s'inclina pour le saluer. Après les formules de politesses, les deux hommes engagèrent la conversation.

Jett et Droy discutaient à côté d'elle mais c'est seulement d'une oreille distraite qu'elle les écoutait. Cet homme la fascinait pour une raison inconnue.

Lorsqu'elle regarda le maître, celui-ci se tourna vers elle et planta son regard dans le sien. Makarof prononça quelques mots et aussitôt l'homme la regarda à son tour. Les joues de Levy s'empourprèrent et elle baissa les yeux vers ses mains qu'elle tordait dans tous les sens.

Quand elle releva son regard le maître se dirigeait vers sa table. Les yeux de Levy s'écarquillèrent et elle fut incapable de détourner le regard. Arrivé à sa hauteur Makarof lui avait dit :

-Bonjour Levy. Jett, Droy. Levy, je te présente Ludovic, le premier conseiller de Mistgun, enfin, le Jellal d'Edoras. Il aurait besoin de ton aide, pourrais-tu nous suivre, s'il te plaît ?

La jeune fille ne dit rien mais se leva et les suivit. Arrivée dans le bureau, l'homme, Ludovic, se représenta et expliqua sa demande :

-Comme tu le sais, à Edoras la magie n'existe plus. Seulement avant, il y en avait et des sorts ont été scellés à se moment là. Nous avons trouvéune pièce secrète dans le château mais elle est fermée grâce à de la magie. Avec notre savoir nous avons pu déterminer le type de sort et comment le défaire. Malheureusement, votre crayon de lumière sera inutile dans ce cas là. C'est un sort très puissant et sa clef se trouve dans les livres. Car oui, c'est au centre de la bibliothèque, derrière une étagère que nous l'avons trouvé. Nous pensons que c'est l'ancien grand conseiller qui l'a scellé, mais cet homme est mort aujourd'hui et Jellal, notre Jellal était proche de lui donc il voudrait qu'un mage puisse résoudre ce problème.

Levy prit un instant pour réfléchir. En gros on lui demandait de venir dans la grande bibliothèque interdite d'accès en temps normale afin de résoudre un problème où la solution se trouvait dans un livre ? Où était le hic ?

-Et vous voulez mon aide ? C'est ça ?

-Exactement.

-Je devrais partir quand ?

-Dans deux heures. Le temps de préparer tes affaires. Je dois repartir vite, en tant que grand conseiller à mon tour je ne peux pas m'absenter trop longtemps.

Deux heures, seulement ? Elle soupira mais accepta. L'homme la remercia et lui donna rendez vous devant la guilde. Lorsqu'il fut parti le maître, qu'elle avait presque oublié, s'adressa à elle :

-Je ne peux pas te laisser partir seule. Mais je ne peux pas non plus demander à un membre de la guilde de te suivre et de te protéger sachant qu'il n'y aura rien à faire pour eux là bas. J'ai donc pris contact avec les maîtres respectifs de Blue Pegasus et Lamia Scale. Le maître de cette dernière m'a confié avoir recruté récemment un mage passionné de livre qui pourra t'aider mais aussi te protéger en cas de besoin. Je sais que tu es capable de te débrouiller mais tu es un peu comme ma fille et je serais incapable de te laisser partir seule.

-D'accord, merci maître. Savez vous son nom ?

-Hydûn. Je ne connais pas son nom de famille.

Levy le remercia une fois de plus et sortit. Là elle alla prévenir ses amis qu'elle partait en mission sans parler de Hydûn ni même de ce en quoi consistait la dite mission. Elle rentra, prit son sac de voyage et le remplit de vêtements, affaires de toilettes, deux ou trois livres et quelques bricoles. Cela étant fait elle se mit à son bureau et écrit un mot :

« Je suis partie en mission, je ne suis pas seule, ne t'inquiète pas. Je ne sais pas quand je vais revenir.

Levy. »

Elle plia le petit papier et le fourra dans sa poche. La demoiselle sortit à nouveau et s'arrêta sur le pas de la porte pour lancer un regard à sa chambre ne sachant pas quand elle la reverrait. Après avoir fermée elle retourna à la guilde et confia la tâche à Makarof de donner sa note à Gajil s'il venait à s'inquiéter ou à lui poser des questions. Chose improbable mais on ne sait jamais.

Levy retourna devant la porte et attendit. Peu de temps après Ludovic revint dans un carrosse noir tiré par un cheval couleur chocolat. Elle grimpa à l'intérieur et là elle trouva un autre individu assit aux côtés du conseiller.

-Levy, je te présente Hydûn, je suis passé le chercher avant toi, j'espère que ça ne te dérange pas ?

-Non, aucun soucis !

Puis elle se tourna vers le jeune homme en lui souriant. Il avait les cheveux noirs et était habillé d'une sorte de toge noir. La jeune fille lui tendit la main.

-Bonjour, je m'appelle Levy MacGarden, ravie de te rencontrer !

_________________


♥ Gajil ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mage de Lamia Scale {B}


6 messages.
Inscrit le 04/10/2013.

Feuille de personnage
Expérience:
0/1500  (0/1500)
Guilde: Lamia Scale
Magie: Magie noire


MessageSujet: Re: Les mots sont la clé. [avec Hydûn] Sam 30 Nov - 14:02


Hydûn était un jeune homme relativement content de lui. Pourquoi ? Les raisons de cette interrogation sont aussi multiples que les réponses à fournir. En premier lieu, le brun avait enfin quitté le nid familial, infesté de vipères et pût découvrir un peu du monde en voyageant jusqu’à la ville où il avait établit résidence. Et, un bonheur, tout comme les malheurs, n’arrivant jamais seul, avait été accepté dans une guilde de magicien plutôt bien côté. Ce qui avait chassé toutes ses appréhensions de rejet et inquiétudes sur son avenir.

Désormais, l’onyx avait sur le dos de la main gauche une sirène, l’emblème de Lamia Scale qu’il portait avec une certaine fierté. Non pas qu’il était le genre de magicien tellement orgueilleux qu’il en était imbuvable. Mais c’était pour lui un important pied de nez contre son père qui aurait parié sa vie sur son incapacité à rejoindre un groupe de cette envergure. Après tous les cris qu’il lui avait lancés et qui l’avait blessé, cela faisait du bien à son égo qui se reconstruisait fébrilement. Esquissant un sourire et fort de ce succès, l’adolescent s’était juré de faire de son mieux pour qu’au long de sa vie, il puisse continuer à donner tord à chacune des paroles de son père. 

Le maître de la guilde, lui avait offert de mettre à sa disposition une des chambres de la guilde en guise de logement dit « de fonction », le temps qu’il puisse se retourner et trouver un appartement. Ce dont il lui fût chaleureusement reconnaissant ! Après tout, son nouveau mentor n’avait pas été obligé d’agir de la sorte avec lui et le jeune homme avait vite fait d’aller travailler un peu pour capitaliser un pécule suffisant pour s’installer dans un « chez-soi » bien à lui. Non pas qu’il détestait l’idée de vivre dans la guilde, mais cela était pour lui un point de plus pour contredire le patriarche et dans son euphorie, il n’en fallait pas davantage pour le convaincre. 

Hydûn avait commencé par des missions plutôt mineures, qui se résumaient très simplement par l’appréhension de brigands de chemins avec l’aide d’un autre mage, plus aguerri que lui et qui lui servirait de tuteur en raison de son manque d’expérience sur le terrain. Les semaines s’enchaînèrent et non sans mal, le garçon aux yeux ténébreux trouva un appartement dans ses prix près de la guilde. En effet, le mage voulait être le plus prêt possible de cette organisation tant pour un côté pratique qu’affectif. En quelques semaines, il est tombé amoureux des allées et venues de ses collègues, des interpellations enjouées qui donnaient sans conteste une âme à l’établissement, aux chamailleries et rivalités ouvertes. Aux repas durant lesquels chaque membre contait ses périples. Les magiciens majeurs s’en jetaient souvent quelques-uns à la taverne de l’établissement, ce qui donnait parfois une cacophonie bonne enfant qui ne pouvait que contraster avec l’ambiance mortelle qu’il avait été contraint de subir pendant des années chez-lui. Non, chez ses parents. N’est-ce pas un comble qu’il se sente bien plus chez-lui entouré d’étrangers que de son propre sang ? Au fond c’était triste, mais le membre tatoué de la sirène ne voulait pas se morfondre ! Sa nouvelle vie démarrait trop bien pour se laisser glisser dans une spirale vicieuse ! Et, aujourd’hui ne faisait pas exception. 

Saluant d’un geste de la main son camarade de mission qui justement, sortait de son anse d’alcool, le cadet des Shïghal alla voir quelles étaient les nouvelles missions au tableau d’affichage. Bob était un mage qui avait l’âge d’être son père mais qui s’avérait être aussi bruyant qu’affectueux. Donc il est aisé de comprendre qu’Hydûn ne savait pas du tout comment faire pour discuter avec lui. Et généralement, c’était l’aîné qui lançait les discutions ou prenait les initiatives pendant le travail. Ce dernier semblait comprendre le mutisme du brun qui, il fallait bien l’avouer, allait avoir besoin de temps pour trouver ses marques et s’affirmer comme membre de Lamia Scale. Beaucoup. Autant qu’il en faudrait pour être reconnu après s’être reconstruit. Et cela passait par le sentiment d’accomplissement à la fin d’un travail ! En ayant au passage, effectuée plusieurs besognes, il était à jours dans ses loyers et avait envie d’une mission plus distrayante et peut-être stimulante intellectuellement que la chasse aux détrousseurs de grands-chemins. La traque et les embuscades étaient amusantes un temps et maintenant qu’il voyait des civils tomber dans des pièges, le brun réalisait leur utilité. 

Et c’est dans cette optique qu’une affiche l’interpella. D’un geste rapide, ses doigts s’emparèrent du parchemin fixé au panneau et parcourut les lignes rapidement. Debout en face du tableau, le brun ne prêtait pas vraiment attention à quelques regards qui se posaient sur lui ou même sur le fait qu’il empêchait quelques camarades de voir des missions. Il semblerait qu’une ville soit dans le trouble à cause d’une magie cachée dans une bibliothèque. En somme, cela captivait grandement l’adolescent ! D’autant plus que la récompense n’était pas indiquée du tout ! Avec de la chance, peut-être repartirait-il avec un ouvrage rare qui pourrait en plus traiter de magie noire ?! Cela était, certes, très conditionnel, mais ne pouvait qu’enchanter le jeune homme. Il venait de prendre sa décision. 

En s’approchant du maître afin de confirmer son entreprise, il remarqua les yeux fureteurs de ce dernier et s’en suivit un rapide échange d’information. Enfin, Hydûn n’avait pas vraiment répondu mais s’était davantage laissé aller à des hochements de tête, cachant plus ou moins sa déception à mesure que les détails et conditions tombaient. Comme cette quête venait de trouver un mage, le chef devait en prévenir le conseiller ayant laissé cette requête et il y avait fort à parier que nombre d’autres surprises tombent, de plus en plus désagréables. A cause d’une question de logistique qui lui échappait. Mais aussi et surtout que pour une mission de cette ampleur, il comptait demander à une autre guilde de lui prêter main forte dans cette tâche. L’onyx baissa les yeux au sol, comprenant qu’il remettait en question l’ensemble de ses capacités intellectuelles et magiques en mettant en avant son envie de sécurité pour lui. 

Une fois toutes ses questions ayant trouvés réponses, Hydûn dut attendre qu’une diligence ne montre le bout de son nez aux portes des sirènes et il fût invité à préparer ses effets avant de partir. Il avait profité de cet instant de flottement pour s’en aller quérir quelques vêtements de rechange, produits d’hygiène et quelques livres récemment achetés pour le trajet qui s’avérerait sans doute long. Tout en enfilant l’écharpe que sa mère lui avait tricoté elle-même, le mage noir repensa un instant à cette dernière. Peut-être devrait-il aller lui rendre visite quand sa situation sera pérennisée ? Fermant la porte de son appartement après avoir tiré stores et rideaux, le jeune homme retourna à l’entrée de la guilde en parcourant sans se presser les rues d’Hosenka. Attendant sous le soleil et ne portant rien de plus que des chaussures en cuir plutôt souples, un pantalon noir en toile et une chemise blanche, le garçon avait tout de même décidé de garder sa cape et avait même fourré quelques pages de livres et carnets de magie qu’il voulait lire. Son écharpe ne tenait pas vraiment chaud et était plutôt là pour ajouter un peu de vert et donc de couleur à sa tenue qui en avait bien besoin.

C’est alors qu’une diligence apparut devant lui et un mage sortit de la calèche. Le brun ne prêta pas attention au cheval et à sa robe noisette ni même au cocher. Son maître, qui était entre temps venu le saluer fit preuve de politesse et après un topo, le client lança un sourire à l’Hydre en se présentant. Le garçon nota bien le nom et le prénom de son interlocuteur et essaya de graver son visage dans son esprit pour être sûr de ne pas l’oublier plus tard au risque de passer pour un idiot et laissa un silence perçu par les deux autres comme gênant et presque polaire. Après un éclat de rire nerveux de son chef, Ludovic eut la confirmation qu’il était bien Hydûn et ce dernier hocha positivement de la tête d’un mouvement peut-être un peu sec. Mais c’était de toute façon le mieux qu’il pouvait faire pour l’instant et il avait prit garde à ne pas regarder le haut gradé dans les yeux. Après tout, quelqu’un ayant lu le tiers de ce qu’il avait lu sur les magies de malédictions de sa propre famille craindrait de regarder les yeux d’un mage pour les dix ans à venir. Une fois les aux revoir effectués et un « Reviens en bonne santé » du maître glissé, le mage s’installa dans la calèche, laissant soin au serviteur d’installer sa valise dans le porte bagage. 

Le périple commençait par une escale à Magnolia et le garçon n’avait pas de mal à deviner qu’ils accueilleraient donc un ou une mage de Fairy Tail. Ayant lu quelques journaux et magazines qui avaient parlés de cette guilde, il espérait sincèrement ne pas tomber en équipe avec un de ces fous qui détruisait des monuments et vestiges historiques pour un bonjour ou un bonsoir… Au fond, cette crainte était totalement justifiée quand on lisait ce qui faisait la réputation des fées. Mais il ne pouvait pas être plus dans l’erreur. Et alors qu’une fille montait dans le moyen de locomotion, bien des heures plus tard, le mage noir resta stoïque un instant. Cette demoiselle venait d’être courtoise et s’était présentée comme l’exigeait l’étiquette non ? Quelque part, peut-être devrait-il faire comme elle ? Après tout, elle était une autre des nombreuses personnes à avoir suivit cette règle avec lui. Donc c’est que cette convention sociale était importante pour créer des liens cordiaux ? Cependant, au vu du contexte, il préférait éviter de donner son nom à une personne qu’il ne reverrait sans doute jamais. Bref, cela ne réglait pas la question de cette Levy, aux cheveux bleus qui lui souriait en lui tendant la main. L’onyx la dévisagea un instant, tout en la détaillant des pieds à la tête. Elle était menue, mais il serait bien mal avisé de faire un commentaire sur ce point alors que lui-même était aussi musclé qu’un coton tige. Et sa peau de lait était agréable à l’œil. Elle portait des couleurs qui mettaient bien en valeur celle de sa chevelure, plutôt insolite. Soupirant mentalement, le brun dévia son regard vers la fenêtre de la calèche et posa son menton sur la paume de sa main. 

Il ne prêta pas attention aux mots du conseiller qui semblait un peu irrité de son indélicatesse envers la gente féminine. D’ailleurs celui-ci ne tarda pas à dévier la conversation. S’en suivit le trajet et n’y tenant plus, il sorti un livre de sa veste qu’il ouvrit et se mit à lire. Pas un traitant de magie noire, après tout, ce serait idiot de l’afficher devant les gens alors que tant d’idées préconçues se propageaient. Mais plutôt sur les runes et allez savoir pourquoi ce Ludovic fut soudainement frappé par une fièvre inquisitrice en le bombardant de questions toutes plus agaçantes les unes que les autres. Bon, d'accord. Hydûn n'était pas une personne portée sur l'éloquence, mais recevoir autant de questionnement d'un coup l'inquiétait. Est-ce que le conseiller remettait en doute ses capacités alors qu'il ne faisait que se distraire en lisant un peu ? Décidant qu'il serait mieux pour lui d'ignorer l’importun, l'onyx lui jeta un regard disant qu'il voulait juste être tranquille et retourna à sa lecture. Non pas qu'il était contre l'enseignement théorique de base de quelque magie que ce soit pour les néophyte... Tant que ce n'était pas à lui qu'on demander de dispenser cet enseignement. Le temps continua de passer et ils arrivèrent au bord d’une forêt. Ludovic indiqua que le portail n’était plus très loin et Hydûn resta pantois en remarquant le trou dans le ciel qui semblait aspirer les nuages. Ni couard, ni téméraire, le garçon eut soudainement envie de faire marche arrière. Cependant cela ne se passa pas comme ça et il s’encouragea mentalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Les mots sont la clé. [avec Hydûn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les mots sont le miroir de l'âme. (Paradoxe)
» Règlement du Forum ♪
» Les mots sont comme des pierres dans mon cœur.
» Les mots sont plus dur que des coups d'épées- Journal de rp d'oliver-
» Après tout la voix ce perd mais les mots sont vivants. - Marlene & Abraxas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Fairy Tail Destiny :: Edoras :: La Capitale-